Laetitia Bernard

QUI EST-ELLE ?

ajouter aux favorisenvoyer à un ami

• • • EN ANNEXE À CET ARTICLE :

    fermer

    envoyez un lien vers cette page à un ami
    (les données ne sont pas conservées)

    envoyer

    laetitia bernard, cavalière non voyante

    • A cheval

    « Ma priorité a toujours été le travail, mais l'équitation est mon équilibre de vie »


    Laetitia Bernard découvre les chevaux à l’âge de 5 ans, par le biais de son centre spécialisé près de Toulouse. Elle décroche ensuite quelques années et part à la découverte d’autres activités comme le judo.
    C’est vers l’âge de 12 13 ans, qu’elle décide de pratiquer régulièrement l’équitation.

    La rencontre avec sa future monitrice (Muriel) est décisive.
    « J’ai vraiment découvert l’équitation en tant que discipline quelques mois après, grâce à ma rencontre avec Muriel. Elle  m’a d’emblée considérée comme une cavalière à part entière. J’avais certes un handicap à prendre en compte, il fallait adapter la pédagogie, mais l’objectif était le même que pour ses autres élèves : me faire progresser et découvrir de nouvelles sensations ».

    La jeune cavalière s’initie alors au  saut d’obstacles, au dressage, au  galop en promenade...
    « Ne voyant pas ce qui se passait autour de moi dans le club, je n’aurais par exemple jamais pu imaginer que l’on pouvait sauter des obstacles avec un cheval ».

    Le club où elle monte travaille avec une association handisport, l’association sportive Lapeyrade. Chaque année, ils emmènent leurs cavaliers au championnat de France Handisport.
    En 1997, sous l’impulsion de Muriel, Laetitia Bernard fait partie du voyage. Elle concourt en dressage poney et en saut d’obstacles.
    En  dressage, les parents des autres jeunes handisportifs se mobilisent pour l’aider à se repérer dans le manège : tous sont placés à une lettre et là, lui indiquent à voix haute lorsqu’elle passe près d’eux, elle peut ainsi enchaîner sa reprise. A l‘obstacle, elle peut compter sur Magalie, une copine de son club venue spécialement jusqu’à Besançon pour la guider.
    « On tourne à gauche, c’est bon t’es derrière moi, on est en face de l’obstacle, je saute, tu sautes, réception à droite…».

    Les résultats sont là : deux titres de championne de France et une magnifique expérience humaine. 

    Depuis, Laëtitia Bernard ne s’est pas arrêtée. L’équitation, et à fortiori le saut d’obstacles, font désormais partie de son équilibre personnel.
    « Chaque cheval apporte quelque chose au cavalier, c’est une nouveauté à chaque rencontre, un travail de mise en confiance et d’adaptation mutuelle, de nouvelles sensations, voilà sans doute ce qui est fantastique ».

    Il lui aura fallu attendre 10 ans et le soutien « inespéré » de la Fondation Little Dreams, pour connaître enfin le bonheur de posséder son propre cheval, d’établir une relation durable de complicité. Après quelques expériences malheureuses, son choix s’est porté sur un gris à forte personnalité : Goldeau Des Roches.
    « Un cheval qui lit dans les pensées, n’aime pas la routine et brillant en concours».