Laetitia Bernard

COUPS DE COEUR

ajouter aux favorisenvoyer à un ami

• • • EN ANNEXE À CET ARTICLE :

    fermer

    envoyez un lien vers cette page à un ami
    (les données ne sont pas conservées)

    envoyer

    laetitia bernard, cavalière non voyante

    • Elle s'engage

    « Les personnes handicapées existent, ont des handicaps différents,
    des personnalités différentes, des centres d’intérêts variés,
    et devraient avoir la possibilité de vivre dans le même paysage social que les autres »


     

    Depuis toute petite, Laetitia Bernard a souvent été sollicitée par les médias pour participer à des émissions sur le thème du handicap.
    « Ca a commencé quand j’avais six ans, le chanteur Carlos était venu dans mon école, il y avait la télévision régionale, c’est moi qu’ils ont interviewée… ».

    Un peu plus grande, elle a notamment participé à des émissions sur France Inter, France Info, France Bleu Alsace, le Mouv’ ou encore  France 3, portant sur la scolarisation des personnes handicapées et l’intégration sociale. Elle a également été l’objet de reportages sur la pratique de l’équitation par une personne aveugle pour France 2, Le Monde,  TF1, France 5…
    Sa profession de journaliste lui a également valu quelques beaux articles portraits : Télérama, Nouvel Obs, Femme Actuelle…
    « Le plus important est de faire savoir les choses. Il s’agit de ne forcer personne, simplement informer et montrer que cela existe ».

    Son parcours est une source d’inspiration pour les jeunes handicapés qui désirent s’investir dans le sport, mais c’est non sans difficultés que Laetitia a pu traverser les épreuves imposées par son handicap et malgré son courage, les obstacles peuvent parfois paraître insurmontables.
    « Ce sont souvent de toutes petites choses comme prendre le métro alors qu’il n’y a pas d’annonces sonores pour les stations. Il faut les compter, rester concentrée, puis se souvenir du nombre de couloirs, des tournants à prendre pour réaliser le bon changement de ligne, ne pas se tromper de quai… c’est très très fatiguant ».